Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 juin 2012 3 13 /06 /juin /2012 17:52

  LECTURE intégrale gratuite 

  testament-7-visuel-1-de-couv.jpg 

 

Le testament du ruisseau contrarié

 

 

Il faudrait que le nom d'Emmanuel Rastouil soit définitivement associé à une des représentations les plus fortes, les plus émouvantes, les plus tendres du poème. Je pense encore à cette parole de Paul Celan qui définissait le poème comme un cadeau – un don – un présent. Je garderai le mot cadeau parce qu'il ne permet pas d'ambiguïté : le « don » est vite sacralisé et le « présent » nous renvoie à une métaphysique du temps qui n'est pas d'actualité dans ces lignes.

 

La poésie d'Emmanuel est effectivement quelque chose de cet ordre : des cadeaux « destinés aux attentifs ». J'ai déjà eu l'occasion de dire le bonheur que représentent pour moi les poèmes d'Emmanuel Rastouil, ce dépouillement qui seul permet l'expression d'une voix humaine, toute dans ses doutes, ses failles, ses ombres démultipliées par le poème mais aussi son amour, ses ferveurs, son enthousiasme puéril (au sens noble du mot).

 

Puis, Le Testament est venu. Née de ses mains, la revue rassemble depuis près de deux ans des auteurs de tous les horizons. Le Testament n'est pas une banale revue de poésie. Elle est un geste d'amitié, d'amour même – pourquoi se censurer ? – et d'art. L'orphèvrerie sans ostentation du poème a infléchi toute l'organisation de la revue, dont le format ample, l'équilibre des arts visuels et des pages de littérature, les partis pris sans cesse affinés, témoignent de l'attention portée au lecteur comme aux contributeurs qui trouvent dans Le Testament le plus hospitalier des havres.

 

Il va sans dire que d'être associé au Testament depuis l'origine du projet est pour moi un bonheur et une fierté se tous les jours. Ainsi, dans la distance, Emmanuel à qui je n'ai encore jamais eu l'occasion de serrer la main (autre définition du poème celanien) m'associe chaque jour un peu plus à cette belle histoire. Mais ce n'était pas encore assez.

 

Certains le savent : j'ai trop écrit. Heureusement que je suis parfois pris d'accès de destruction car j'ai eu, à une époque de ma vie qui a tutoyé le chaos, des accès de frénésie tels que j'aurais pu mourir englouti sous le papier accumulé en liasses et en cahiers ! Des premiers jours du printemps 1992 au décembre glacial de la même année, les poèmes se sont succédés en un déferlement aveugle comme s'ils avaient été ma dernière respiration. La main a fini par acquérir une certaine autonomie à ce jeu. L'expérience a pris fin quand j'ai pu la regarder aligner les mots sur le papier sans même qu'une pensée me traverse l'esprit. Le ruisseau était devenu un torrent dévastateur, fébrile, creusant son sillon à même la peau.

 

Puis, il y a eu les destructions. Le Récit ruisselant est demeuré dans son désordre natif. Incomplet à jamais. La brassée de poèmes qui composent Le récit ruisselant pourrait encore remplir un volume de 500 ou 600 pages. Je ne sais pas si la chose verra le jour mais aujourd'hui, à l'occasion de la publication du numéro 7 du Testament, ce qui est présenté est pour moi un véritable réconfort. A l'occasion, il faut le souligner, des vingt ans de cette expérience un peu pénible dont est issu le filet de voix du Récit ruisselant que les lecteurs du Testament pourront entendre d'ici peu.

 

Le choix qu'a fait Emmanuel de répondre au poème par la gravure, qui est un peu sa botte (de moins en moins) secrète, est pour moi une sorte de bénédiction. Jamais on n'avait encore offert à ces poèmes une telle chance de vie. Et moi, je souhaite que l'on sache qu'en les mettant dans les mains d'Emmanuel, ces poèmes-ci, je voulais qu'il les soigne. Il n'y a guère que lui, j'en suis convaincu, pour panser les plaies de mon avorton tiède.

 

Répondre au Récit ruisselant, c'est en effet quelque chose comme s'adresser à un enfant atteint d'une maladie incurable ou bien réchappé des atrocités d'une guerre civile. On ne sait pas bien ce qu'il y a derrière les yeux et derrière les silences de l'enfant.

 

Mais nos enfances se connaissent. Nous avons sans doute, en un autre espace-temps, les mêmes cours de récréation, Emmanuel et moi. Nous y avons nos billes multicolores, nos cachettes, nos trésors enfouis, nos ennemis et nos alliés imaginaires. C'est pourquoi je n'avais aucune inquiétude en lui confiant le poème blessé. Il saurait lui parler.

 

L'évidence de ces gravures naît en effet dans la permanence, la fixité atone et qui semble traduire une dureté de roc, du regard d'un enfant qui ne veut pas ou ne peut pas mourir, malgré toutes les désolations, malédictions, condamnations... Le poème avait-il pour mission d'accompagner, l'enfant, de le défendre comme ferait un talisman ou simplement de lui permettre de marcher, même sans chemin ?

 

Ces gravures sont au poème ce que le poème aurait dû être pour l'enfant. Mais contrairement au poème qui n'aura pu préserver que des bribes de voix déformée par le temps et autre chose, la gravure porte le poème jusqu'à nous, aujourd'hui, et témoigne que non, l'enfant peut-être n'était pas irrémédiablement perdu.

 

Pourtant le langage du Récit ruisselant est un langage globalement incompréhensible. Lui répondre, c'était tout autre chose qu'une gageure. Il fallait – je ne vois pas d'autre image – une douceur de mère pour entendre les fragilités de la parole qui tentait d'émerger dans ces poèmes et pour leur rendre une image visible

 

Il fallait une patience infinie de même pour parvenir à déduire des mots enchevêtrés et déroutés du Récit ruisselantun univers de formes qui accompagneront désormais pour toujours l'enfant sur son chemin un peu navrant et pathétique mais parfois, il faut en convenir, difficile à plaindre – comme peuvent l'être les enfants tourmentés et méchants amenés très jeunes à rédiger leur premier testament.

 

Je laisse à d'autres le soin de dire ce qui, dans le geste d'Emmanuel, tient plutôt de l'art ou de l'amitié. Je veux lire dans son art – aux singuliers équilibres, tellement plus doux et bienveillants que le poème qui les a inspirés – une matière secrète qui ne se rencontre que dans la conscience de l'amour – aux antipodes des images convenues et univoques qui s'associent généralement à ce mot – que porte le poème.

p.l.

 

13 mai 2012

 

 

 

 

Comment se procurer la revue Teste?

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Asso Parole d'Auteur

Librairie Le Carré des mots

Place à l'huile

83000 TOULON

 

Chèque à établir à l'ordre de "Parole d'Auteur"

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros

Frais de port inclus.

 

Soutenez la poésie! 

 

 

 


 
Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
18 mars 2012 7 18 /03 /mars /2012 22:17

    LECTURE intégrale gratuite!

 

 

 

testament-6-couv-jpeg.jpg

 

 

On a beau dire, on a beau faire, les saisons passent sans se ressembler. Le Testament qui vit son second printemps, s'attache à reserrer les rangs autour de son noyau dur d'auteurs et d'étoffer sa parure pour vous paraître encore plus désirable.

 

Ainsi, Yves Misericordia, Fabien Pesty, Pascal Leray, Hervé Pizon et Jacques Sicard battent un fer encore chaud, tandis que Cécile Toulouse, Strofka, Emmanuelle Grangé et Babel font un retour plutôt inspiré! Yannis Sanchez et Mü se fendent d'une pointe de mélancolie. Autour d'eux, Emmanuelle Malaterre fait défiler sa liberté et ses radis en couleur de saison relayés par le bestiaire insectophile des gravures de Robert Agussan, membre du collectif toulonnais encreD'art.

 

L'invité du trimestre, c'est Novö, duo toulousain de Pop électronique à la poésie suave et envoûtante qui répond avec sincérité à notre désormais culte "Questionnaire". L'occasion d'apporter une dimension musicale à la revue, par le biais d'un lien vers quatre titres offerts en cadeau à nos lecteurs. Dans l'axe Toulouse/Lille, vous pouvez même vous amuser à retrouver "qui est qui?"...

 

Tout est fait, quoi qu'il en soit, pour vous réserver un espace de liberté où l'évasion et le rêve restent permis. Et la parure, me direz-vous? On a soigné le papier et privilégié le noir et blanc pour un emballage repensé par Philippe Oddoart, ami photographe de la première heure.

 

A l'heure où toute vie renaît, Le Testament, c'est le poème de la vie!

 

 

Emmanuel Rastouil. 

 

 

Comment se procurer la revue Testament?

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Emmanuel Rastouil

Les Orangers A

rue Van Gogh

83130 LA GARDE

 

Chèque à établir à l'ordre de "Paroles d'Auteurs" 

 

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros + linogravure originale numérotée

Frais de port inclus. 

 

Soutenez la poésie! 

 

 

 

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 08:58

    LECTURE gratuite intégrale!

 

 

1-promo test 5 1

 

 

 

 

 

J'ai vu voler ça et là les bribes fugaces de quelques pensées évadées de vos cerveaux bien faits: "Mais quels éditos puérils et insignifiants!", "quelle naïveté!" ou "quand on n'a rien à dire, il vaut mieux se taire!"... Oui! Vous avez mille fois raison! J'ai beau me creuser la tête, je ne vois rien de vital à mettre en avant, à transmettre, ni slogan, ni mérite à vanter, idée révolutionnaire d'aucun ordre...

C'est çà le problème avec le poème: il est nu, n'exige rien, se suffit à lui-même et renvoit à notre propre humilité. "Tout n'est que poursuite de vent" disait l'Ecclesiaste dans sa grande sagesse. Alors, voilà du vent! Plus précisément un mistral qui commence à se glacer au seuil de l'hiver...

Et j'ai beau refuser coûte que coûte de thématiser la revue, la saison s'impose naturellement! Ainsi, l'arrivée de Noël est attendue par quelques auteurs, mais pas pour sa féérie... Nous ferons aussi l'improbable voyage Hyères/Verdun, avant de nous évader dans de douces "japonaiseries". Vous pourrez enfin assister au dénouement de cette formidable pièce de théâtre en vers, "Crise et conséquences", avec un cinquième acte d'anthologie, voir d'un autre oeil le Cours Lafayette de Toulon cher à Bécaud et en apprendre plus sur Michel Cloup qui répond en toute confidence au questionnaire du Testament (pâle réplique de Proust)!

Tout çà et plus encore, pour fermer les yeux et se retrouver en 2012, l'air de rien, tout nu.

 

 

Emmanuel Rastouil. 

 

 

 

Comment se procurer la revue Testament?

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Emmanuel Rastouil

Les Orangers A

rue Van Gogh

83130 LA GARDE

 

Chèque à établir à l'ordre de "Paroles d'Auteurs" 

 

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros + linogravure originale numérotée

Frais de port inclus. 

 

Soutenez la poésie! 

 

 

 

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 16:58

1-test4-couv.jpg

 

Lecture intégrale & gratuite! 

 

 

Que doit-on espérer d'un poème en 2011?
Qu'il soit écrit en 2011, pardi!
La première qualité d'un poème, c'est son instantanéité, sa fraîcheur, son appartenance à son temps, pour mieux s'en détacher ensuite et passer à la postérité éternelle pour quelques uns, choisis, privilégiés, ayant croisé sa route par hasard ou sciemment.
On pourra dire bientôt qu'il existait un poème en 2011, et un autre encore, qui revêtait toutes les formes permises et de nouvelles aussi!
Il existe un poème et un poète aussi, c'est sûr!
Dans ce numéro, il prend les noms de Sicard, Toulouse, Grangé, Leray, Berry, Pizon, Misericordia, Mü, Babois, Kwine et les images de Oddoart, Clochard, Misericordia (encore), Malater pour le sublimer. Une place est laissée au théâtre, celle de Sanchez, et une à la nouvelle (acide), celle de Pesty.
Mais une place de choix est réservée dans ce numéro à Erik Arnaud, musicien, chanteur et poète (plus qu'il ne le croit), où se dévoile une correspondance exclusive avec le Testament qui fera date, c'est sûr! Septembre 2011.
 
Emmanuel RASTOUIL.

 

 

 

"Testament 4", revue trimestrielle à vocation poétique, automne 2011...

Au programme:
Entrevue Erik arnaud, poèmes Yves Misericordia, JC Babois, lilas kwine, Hervé pizon, Cécile Toulouse, Mü, Pascal Leray, Will Berry, Emmanuelle Grangé, Théâtre Yannis Sanchez, Nouvelle Fabien Pesty, Photos bruno Clochard, Philippe Oddoart, peintures yves Misericordia, collage Emmanuelle Malaterre...

Comment se procurer la revue Testament?

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Emmanuel Rastouil

Les Orangers A

rue Van Gogh

83130 LA GARDE

 

Chèque à établir à l'ordre de "Paroles d'Auteurs" 

 

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros + linogravure originale numérotée

Frais de port inclus. 

 

Soutenez la poésie! 

 

 

 

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
22 mai 2011 7 22 /05 /mai /2011 10:32

        Lecture intégrale & gratuite

1-testament-3-couv-promo.jpg

 

La poésie se porte bien, je peux vous l'affirmer !

Vu le succès des deux premiers numéros du testament, les retours que

les passionnés de poésie m’en font, l’augmentation régulière des abonnements

et le développement que chaque auteur s’échine à faire

autour de lui...

Vu aussi les retours de la presse, la magie de l’internet, les multiples

courriers, envois, sollicitations arrivées au bureau sous diverses formes...

Merci ! Oui, merci à vous tous qui, de près ou de loin, soutenez la

revue !

C’est une belle aventure et vous y êtes bien plus qu’associés, puisque

cette aventure est la vôtre !

Alors, bien sûr, rien n’est vraiment parfait sur le fond et la forme, et il

nous faut encore travailler dur, mais, déjà, je vois se dessiner une cohérence,

un ton, une liberté qui me plaît, sans thématique obligée, mais

avec la fraîcheur du moment, une certaine innocence et beaucoup de

créativité et de vie, dans toutes les formes...

Bien sûr, nous n’éviterons pas les jaloux et grincheux qui voudraient en

être aussi. C’est la rançon d’un petit succès à l’équilibre fragile et incertain.

Mais, pour que la revue vive heureuse et longtemps, il faut qu’elle reste

assez légère pour demeurer quelque part en suspension dans les airs !

Rien ne me remplit plus de joie que de savoir le testament en liberté, à

proximité, à côté... Je souhaite qu’il en soit de même pour vous !

Alors, oui, la poésie se porte bien !

Vive la poésie !

Et vive le testament !   

 

Emmanuel Rastouil. 

 

Comment se procurer la revue Testament?

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Emmanuel Rastouil

Les Orangers A

rue Van Gogh

83130 LA GARDE

 

Chèque à établir à l'ordre de "Paroles d'Auteurs" 

 

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros + linogravure originale numérotée

Frais de port inclus. 

 

Soutenez la poésie! 

 

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 08:14

       Lecture intégrale & gratuite

 

 

 

 

LeTestament2-couv.jpg

 

 

Comment, c'est déjà le printemps?!?

Pour sûr! C'est le printemps d'une poésie neuve et nerveuse qui, sans renier ses maîtres, s'affiche crânement dans ce Testament2 que vous tenez dans les mains!

C'est le printemps d'une revue qui prend des atours de jeune prétendante!

Sous la houlette d'Hervé Pizon, la robe s'étoffe et se fait plus moderne, séduisante. Le corps  aussi se façonne dans la diversité et la qualité.

Un noyau de poètes se constitue: Yannis Sanchez, Lilas Kwine, Mü, Pascal Leray, Emmanuelle Grangé, Strofka... D'autres le rejoignent: Seg Dallongeville, Eknath, Cédric Lerible ou JC Babois, pour le meilleur. Patrick Lorenzini, Bertrand Belin et Jonathan Morali, évadé de Syd Matters, nous font des confidences, réhaussées des photographies de Fabien Rigal et des gravures de Vincent Tavernier, toutes inédites...

Le Testament2 reste éclectique et garde un équilibre artistique qui défend les valeurs de la poésie sous toutes ses formes! Le ton reste le même: ouvert à tous, hommes, femmes, jeunes, vieux, profanes ou spécialistes, dans un élan de partage et d'amitié qui restent les seuls thèmes appliqués à la revue!

Le prix de base est inchangé, seuls les abonnements et les achats par correspondance suivent les évolutions de la Poste...

Mais pas de quoi nous empêcher de fêter dignement ce printemps 2011, en vers et avec tous!

 

 

 Emmanuel Rastouil. 

 

 

Comment se procurer la revue Testament?

 

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Emmanuel Rastouil

Les Orangers A

rue Van Gogh

83130 LA GARDE

 

Chèque à établir à l'ordre de "Paroles d'Auteurs" 

 

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros + linogravure originale numérotée

Frais de port inclus. 

 

Soutenez la poésie! 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
14 novembre 2010 7 14 /11 /novembre /2010 16:29

       Lecture intégrale & gratuite!

 

 

 

On connaît le miracle que peut un poème. On ne le sait jamais. Cherchez le poème dans sa méthode, vous attendrez en vain.

Le poème, il est à côté. Cessez de regarder en face de vous, vous avez l’air d’un César en bottes de foin.

L’invention poétique n’est pas l’invention brevetée de nos formidables ingénieurs. Elle est d’une autre nature, sans doute parce qu’elle est toute entière inscrite dans la matière du sens.

J’ai rencontré Emmanuel Rastouil voici quatre ans, peut-être. Sur internet, à travers des échanges de poèmes. Nous nous sommes échangés des poèmes qui pouvaient paraître si dissemblables en leur forme que la rencontre même pouvait sembler proscrite. Emmanuel avait à l’époque une prédilection pour les formes strictes du vers système. Pour ma part, je sérialisais sauvagement tout ce qui me passait par la main.

Emmanuel inscrit sa poésie dans un espace qui est celui de l’amour. Sa poése est un regard appuyé et nourri de tendresse sur le monde qui l’entoure, ou que lui-même entoure. Un esprit chagrin ne verrait dans ses oeuvres qu’une litanie d’idées pieuses, peut-être. Allons ! Refaisons le mot de Mallarmé qu’affectionnait tant Meschonnic : « Je rétorquerai (…) que des contemporains ne savent pas lire ». Toc.

Emmanuel Rastouil est l’un des poètes les plus réjouissants et les plus vivifiants qu’il m’ait été donné de rencontrer. Nos mondes sans coïncidence n’ont cessé de se saluer de loin en loin car ce que nous visons, peut-être, avec la même obstination et la même cécité, c’est la lumière interne – la lumière intime – du poème. Un exemple.

Flâner dans cet éden est une belle chose,
Car je sais qu’au détour de ce rosier grimpant
Ou du lilas fleuri, plus trace du serpent…
Et l’heureux dénouement offre un parfum grandiose
A notre éternité ! Si tu veux, si je l’ose,
Quittons donc pour toujours cet ignoble oripeau,
Que la lumière apprenne à contempler ta peau,
Son satin surpassant la douceur de la rose.


La simplicité même du poème est accablante. Je ne puis manquer de me rappeler Jean Grosjean. On chercherait longtemps ce qui fait la puissance d’un poème nu et léger, qui ne prétend à rien, qui ne fait que circuler dans une symbolique nourrie de tout ce que la Bible a pu nourrir de poésie au cours de ces trois derniers millénaires, si vite passés d’ailleurs. Mais je sens que chacun des mots, chacune des inflexions qui composent ce poème ont été traversés cent et mille fois par le poète qui les a gorgés de sa vue.

On cherche le miracle dans le poème. Une « clef de la poésie », peut-être ? Quand la clef est le poème tout entier. Son inflexion vocale, peut-être, en premier lieu, autrement dit : la voix qui nait de la série des vers.

Ce qu’on trouve dans sa poésie, lui la recherche chez les autres, on pourrait dire avidement. Fin 2008, déjà, paraissait chez Géhess éditions une Anthologie incomplète de la jeune poésie française réunissant, entre autres, Juliette Guerreiro, Strofka, Pascal Lamachère et un certain « Poète inconnu » qui n’est pas le moindre contributeur de l’oposcule.

 

Il n’y a pas de dogmatisme dans les choix d’Emmanuel Rastouil. Il est un éditeur électif. La revue Le Testament est le prolongement logique de l’anthologie. On retrouve certains des auteurs qui figuraient dans le précieux volume inaugural (Lilas Kwine, Strofka ou encore Yannis Sanchez.qui délivre ici une « pièce dramatico-burlesco-tragico-comico-réaliste »). On fait de nouvelles rencontres, (Emmanuelle Grangé, Cécile Toulouse). On fait connaissance avec Jean Bracco, à travers un entretien. Et tout cela dans une forme neuve,un grand format où la photographie ponctue le poème, à travers les oeuvres de Philippe Oddoart et d’Hervé Pizon.

L’objet est d’une grande beauté. Mais aussi d’une grande simplicité d’accès. Voyons avec quelle bonhommie Emmanuel résout l’apocalypse éditoriale de notre temps :


Parce qu’il faut trouver un avenir au livre, obsolète pour beaucoup dans sa forme, j’ai songé à l’hybride mariage avec un magazine, quelque chose d’épuré, presque un objet de collection qu’on aurait envie de garder.

Le « presque » n’est pas dénué de charme. Il y a là un objet si réussi qu’il tient du livre d’artiste. Le testament est un nom bien étrange pour un ouvrage si évidemment tourné vers la vie. Peut-être y a-t-il quelque chose d’un défi, dans ce projet. Chacun des mots d’Emmanuel est une histoire complète, quoique non finie. J’ai l’honneur, pour la seconde fois, d’être de ceux qu’Emmanuel a jugé nécessaire de présenter au monde parce que « personne d’autre ne le fera pour nous ». C’est si vrai…

Il faut remercier le monde de nous avoir offert Emmanuel Rastouil.

 

Pascal Leray.    

 

 

Comment se procurer la revue testament?

 

 

 

Librairie Le Carré des mots / Toulon

Librairie Charlemagne / Toulon

 

ou sur simple demande à:  

 

Emmanuel Rastouil

115, Cours Lafayette

83000 TOULON  

 

Chèque à établir à l'ordre de "Parole d'Auteur" 

 

10 Euros / le numéro

40 Euros / l'abonnement 4 numéros + linogravure originale numérotée

Frais de port inclus. 

 

Soutenez la poésie! 

   
   

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 20:03

Comment se procurer LE TESTAMENT?

 

Par la poste...

 

  • au numéro: 7 Euros

  • abonnement (4 numéros): 25 Euros

 

Chèque à libeller à l'ordre de:

PAROLES D'AUTEURS

et à envoyer à

Revue LE TESTAMENT

Emmanuel RASTOUIL

Les Orangers A

rue Van Gogh

83130 LA GARDE

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 17:03

L'association PAROLES D'AUTEURS 

 

à le plaisir de vous annoncer la parution le 10 novembre prochain d'une nouvelle revue:

 

 LE TESTAMENT

 

Le Testament est une revue trimestrielle à vocation poétique développée par l'association PAROLES D'AUTEURS dont l'objectif est la découverte et la promotion de la jeune poésie, ainsi que la littérature francophone, les arts graphiques et la photographie.

 

Vous souhaitez participer à l'aventure du Testament?

Merci de poster vos oeuvres sur letestament@bbox.fr

Repost 0
Published by ER & YS - dans Articles
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 09:37
 

jf-rauzier.jpg
 
Elle se fout du temps qui passe.
Le présent est son avenir,
Il lui permet de parvenir
A suivre la vie à la trace.
 
Un souvenir blessant s’efface…
Difficile de maintenir
La tête haute, entretenir
Le feu dans ce rêve fugace.
 
Elle a mesuré notre amour
A ceux qui passaient alentour
Et que personne ne regarde.
 
Je n’ai pas vu la fin venir.
Depuis, je développe l’art de
Feindre d’être heureux, pour tenir…



Photo JF RAUZIER Tous droits réservés.
Repost 0